Abonnez-vous à notre Blog

Par où commencer un projet de conseil: 10 questions à se poser

Catégorie :
Date de publication :
juillet 12, 2021
Temps de lecture :
12 minutes
Bernadette Geyer
Bernadette aime travailler avec des entreprises innovantes pour les aider à communiquer leur message à une audience large. Elle est aussi une fan inconditionnelle de hockey sur glace et une jardinière de balcon expérimentée.

Les projets de conseil en freelance sont plus nombreux que ce que l’on aurait cru possible il y a encore peu de temps.

Dans une large mesure, les arrêts dus au COVID-19 ont été le moteur de cette croissance. Mais la tendance à la digitalisation et à l’agilité ont également perturbé le modèle traditionnel de conseil.

Cependant, avec toutes opportunités viennent les risques. Avant de commencer un projet de conseil, il y a des questions que les consultants indépendants doivent se poser de même qu’à leurs clients. Ils doivent faire preuve de discernement dans leur sélection de projets.

Winston Churchill a dit un jour : « Que nos craintes sur l’avenir deviennent des réflexions et des plans d’avenir. » C’était vrai pour la guerre. C’est également vrai pour le conseil.

Alors, si vous êtes inscrit sur une plateforme de consulting et que vous recherchez des projets de consulting freelance, quelles sont les questions à poser ?

Ce projet vous convient-il ?

La réalité pour la plupart des consultants indépendants est qu’ils sont seuls. En fonction de la plateforme qu’ils utilisent, il peut être possible de travailler avec d’autres freelances sur certains projets, mais généralement de manière ponctuelle.

Q1 : Ce projet fait-il partie de votre activité principale ?

Accepter des projets trop éloignés de votre aire d’expertise est risqué. Si ce projet ne tire pas parti de vos points forts ou s’il se situe dans un nouveau domaine, il est probable que son exécution prenne plus de temps et que vous ayez moins de temps pour accepter d’autres projets plus familiers. Plus le travail s’éloigne de votre expertise, plus le risque d’échec est élevé.

Même pour les grands cabinets de conseil traditionnels, la règle générale est que 60 % de leur travail se fait dans leur domaine d’expertise, 30 % dans des domaines d’activité adjacents et seulement 10 % loin de leur cœur de métier.

Ainsi, avant d’accepter un projet, demandez-vous où il se situe sur l’échelle de vos capacités.

Q2 : Quel est le coût de votre investissement ?

Aujourd’hui, notamment à la suite des confinements à cause du Covid, de nombreux projets de conseil freelance peuvent être réalisés en ligne et à distance, de sorte que le seul investissement significatif est le temps. Considérez comment ce projet s’intégrera dans d’autres projets. Exigera-t-il un engagement à cent pour cent, ou pouvez-vous répartir le risque en acceptant un travail supplémentaire ? La réussite du projet attirera-t-elle d’autres projets plus intéressants à l’avenir ? La rémunération est-elle suffisante par rapport au temps passé dessus ? Quelles sont les conditions de paiement ?

Si le projet nécessite un contact en face à face et un travail sur place, surtout si c’est loin de là où vous habitez, vous devez prendre en compte le temps et le coût du voyage et le mettre en balance avec la possibilité d’accepter d’autres projets.

Tout projet ne vaut pas la peine d’être entrepris. Demandez-vous si vous voulez investir votre temps, votre argent et votre expertise dans ce projet.

« Que nos craintes sur l’avenir deviennent des réflexions et des plans d’avenir. » - Winston Churchill

Comprendre les buts, les objectifs et la portée du projet

Définir un projet avant de se lancer n’est pas toujours simple. Vous pouvez avoir affaire à des désirs, des envies et des besoins assez approximatifs, parfois défendus par différentes parties prenantes, avec leurs propres styles et priorités. Cela veut dire qu’il est essentiel de poser au client des questions spécifiques sur les liables.

Q3 : Quels sont les buts et les objectifs du projet ?

Les buts sont des déclarations de haut niveau qui donnent un contexte à ce que le projet essaie d’atteindre. Ils décrivent ce que le client veut comme résultat. Quelques exemples de buts :

  • Accroître la notoriété de la marque à l’international
  • Rendre les flux de travail plus rapides, plus faciles et plus efficaces
  • Développer une chaîne d’approvisionnement axée sur la demande

Les objectifs sont des déclarations de niveau inférieur qui décrivent comment les buts seront atteints par le biais de produits, d’étapes ou de liables spécifiques et tangibles.

Parfois, votre client vous donne le but, et vous alors devez élaborer les objectifs. Ou alors, c’est le client qui fournit l’objectif : un logiciel, un rapport ou un processus opérationnel modifié. Votre rôle consiste à poser une série de questions sur le pourquoi du comment afin de comprendre ce que veut le client.

Les réponses guideront la structure de votre projet et les décisions que vous prendrez en cours de route.

Q4 : Quel est la portée du projet ?

La portée répond à la question : « Combien voulez-vous ? »

La portée du produit décrit ce que doit être le produit ou le service final. Elle concerne le travail nécessaire pour livrer le produit final. Il comprend les produits livrables, les échéances et les étapes importantes. Elle décrit également ce qui n’est pas couvert.

Unedérive des objectifs peut se produire aussi bien pour un produit que pour un projet. De petits changements en cours de route peuvent entraîner une pression importante sur les délais et les coûts. Pour éviter cela, examinez les cas limites de votre projet et excluez-les expressément. Par exemple, si vous devez produire une stratégie de contenu web, excluez le développement du contenu lui-même. Ainsi, lorsque le client vous demandera : « Pendant que vous faites ça, pourriez-vous… ? », vous pourrez légitimement indiquer ce que vous avez exclu et dire que vous ne pouvez pas accepter. Ou vous pouvez accepter, mais négocier des délais ou des coûts différents.

Q5 : Comment le succès sera-t-il mesuré ?

Comment serez-vous jugé ? Est-ce que ce sera par la qualité du travail, par son coût ou par le temps mis à le réaliser ? En général, les clients veulent le meilleur des trois, et vous devez intégrer suffisamment de contingences dans chacun de ces points pour atténuer les risques de votre projet.

Identifier le client

Les meilleurs consultants indépendants savent comment échanger leurs clients. Ils connaissent les acteurs de chaque rôle critique et intègrent des étapes dans leurs plans de projet pour répondre à leurs besoins. Voici quelques questions qu’ils posent.

Q6 : Qui sont les principaux clients, et comment vais-je interagir avec eux ?

Tous les consultants ont fait l’expérience de travailler avec quelqu’un qu’ils croient être le chef de projet, pour découvrir que de nombreuses autres personnes donnent leur avis et attendent des réponses aux différents commentaires ou demandes.

commencer un projet de conseil, Par où commencer un projet de conseil: 10 questions à se poser

Établir les lignes de commande, de prise de décision, de collaboration et de rapport dès le départ vous évitera bien des tracas par la suite. Demandez :

  • Qui est le porteur du projet ?
  • Quels avis comptent vraiment ?
  • Qui est le principal point de contact ? Quel est le plan de communication, et avez-vous une méthode préférée ?

Ceci est particulièrement délicat sur le marché du consulting en ligne. Les projets de consulting freelance auxquels on accède par le biais de plateformes de conseil donnent souvent une exposition minimale aux organisations clientes. Les consultants doivent être particulièrement attentifs à clarifier les rôles et les niveaux d’autorité.

Q7 : Qui sont les principaux décideurs, et comment vais-je interagir avec eux ?

Parfois, l’autorité a été déléguée à la personne dont vous dépendez. Mais trop souvent, votre projet est bloqué car vous attendez les approbations ou les décisions de quelqu’un plus haut dans l’organisation. Essayez d’intégrer dans votre plan de projet des présentations régulières ou des moyens de donner un feedback directement aux décideurs. Sinon, prévoyez des contingences de temps et de coûts pour tenir compte des retards. Pouvez-vous vous assurer que vos paiements ne seront pas retardés de manière déraisonnable ?

Cela a été un dealbreaker pour moi dans ma carrière de consultant. Ayant appris la leçon à plusieurs reprises et à partir d’une expérience amère, je préfère abandonner un projet plutôt que d’essayer de le lier sans avoir accès aux bons niveaux.

Q8 : Qui sont les gardiens des points d’accès ?

Il est si facile de négliger les gardiens des points d’accès de l’organisation. Il s’agit souvent de membres juniors qui peuvent vous faciliter l’accès aux personnes et aux informations ou vous rendre la vie assez difficile. Ainsi, même au début d’un projet, il est utile de s’enquérir des assistants personnels, des employés de la compta, du personnel administratif et même du personnel de sécurité dont vous deiez connaître les noms et les coordonnées.

Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Être honnête et lucide dès le départ sur le potentiel de problèmes est un excellent moyen d’atténuer de potentiels risques futurs.

Q9 : Qu’est-ce qui pourrait faire obstacle ?

Cette question vous oblige, vous et le client, à envisager les obstacles et les blocages potentiels. Il y a parfois des priorités concurrentes et des calendriers internes. Pouvez-vous lier votre projet pour respecter des échéances internes importantes : un lancement de produit, une réunion d’actionnaires, une contrainte budgétaire ? Peut-être existe-t-il des politiques organisationnelles dont vous devez être conscient. Ou bien un historique d’échecs précédents rend les employés méfiants à l’égard d’une énième intervention.

Q10 : L’organisation a-t-elle déjà vécu un projet de ce type ?

Si c’est le cas, ils pourraient partager des idées sur la façon de rendre le projet actuel plus fluide. Ils peuvent également souligner ce qui n’a pas fonctionné et pourquoi. Cela vous permettra de préparer un processus qui fonctionnera pour eux.

Démarrer un projet du bon pied

Les projets de consulting freelance ne peuvent pas être parfaits. Le conseil n’est pas une science exacte. Cependant, se poser les bonnes questions avant de commencer peut sans aucun doute vous mettre sur la bonne voie. Comme le dit le conférencier, auteur et consultant en motivation Denis Waitley : « Attendez-vous au meilleur, prévoyez le pire et préparez-vous à être surpris. »

Partagez cette expérience, choisissez votre plateforme !